Notre site utilise des cookies nécessaires à son bon fonctionnement. Pour améliorer votre expérience, d’autres cookies peuvent être utilisés : vous pouvez choisir de les désactiver. Cela reste modifiable à tout moment via le lien Cookies en bas de page.


 
Chef de chantier Aménagement et finitions

Présente toi !

Léo Bénétulier, 30 ans. J'ai eu un BTS Étude Économie de la Construction en 2012. Par la suite, j'ai essayé de travailler dans le milieu du bâtiment, ça ne m'a pas franchement réussi.

Qu'as-tu fait avant l'IFBTP ?

J'ai fait pas mal d'intérim. Et ensuite, je suis parti en voyage. J'ai voyagé pendant 5 ans. Ça m'a amené en Amérique du Sud, en Californie, en Australie. Un peu de partout : l'Asie du Sud-est, l'Océanie. Je suis rentré après le confinement.

Je me suis dit qu'il fallait que je reprenne un travail en France et du coup, j'ai trouvé l'IFBTP pour me relancer un petit peu dans le bâtiment.

Pourquoi as-tu choisi l'IFBTP ?

C'est sur Lyon, ça me permettait de faire de l'alternance et c'était sur 1 an. Je ne voulais pas me relancer dans plus. Quoique maintenant je pense peut-être faire la formation pour devenir conducteur de travaux. Quitte à continuer sur la lancée pourquoi pas.

Dans quelle entreprise es-tu ?

Je suis dans une entreprise qui s'appelle SCO2BOIS, qui est basée à Tarare. La société mère, elle fait de la maison ossature bois, maison passive clef en main. Ce qui permet de donner les clefs du chantier à un collaborateur de SCO2BOIS pour qu'il puisse rentrer dans la maison directement.

Et moi je suis dans une branche qui s'occupe d'aménagement extérieur. Donc, on se lance principalement sur du carport solaire, on va se développer de plus en plus vers le photovoltaïque. Avec l'expansion de la voiture électrique, c'est un marché qui est en pleine expansion. Et du coup, on tend à en installer. C'est un abri voiture sous lequel tu peux garer et recharger une voiture électrique, un vélo...

As-tu eu besoin de l'IFBTP, de l'aide d'Elodie (responsable candidats-entreprises) pour trouver ton alternance ?

Pas spécialement, mais beaucoup de suivi, de relations par téléphone et puis toujours amical, tout en restant professionnel, mais à se tutoyer et très agréable dans le relationnel. Je sais qu'elle a aidé pas mal de monde. Pas moi personnellement. 

Quoiqu'elle m'a donné quand même des pistes parce que au début je ne trouvais pas. Et elle m'a orientée sur des boites, pas forcément dans ce que je recherchais mais au moins j'ai eu des entretiens avec des boites qui étaient motivées à me prendre.

Que penses-tu de la pédagogie active ?

On change totalement de rapport à la scolarité qu'on peut trouver dans les formations que j'avais eues précédemment. Là faut être motivé, faut être présent parce que sinon d'une tu avances pas tout seul, ton groupe il avance pas.

Du coup après tu es déficitaire par rapport à tes collègues. Et du coup bah faut jouer le jeu. C'est sûr que si tu ne joues pas le jeu ça ne marche pas. Donc voilà faut venir faut être motivé mais ça se fait bien.

Pourquoi avoir choisi le secteur du BTP ?

Parce que j'avais eu un BTS en Étude Économie de la Construction, donc je ne voulais pas trop m'en éloigner. C'est aussi ce qui m'intéresse, là chef de chantier, j'avais eu l'occasion d'être chef d'équipe en Australie, j'ai travaillé dans des gros projets de fermes solaires.

Du coup, j'ai géré des équipes internationales, c'était assez intéressant, puis je voulais continuer à faire un peu la même chose en restant un peu sur le chantier, un peu dans les bureaux, et gérer avec les collaborateurs, que ça soit en entreprise ou en entreprise extérieure.

Et puis la construction, je suis dans une boite qui fait de l'aménagement bois, donc tout cet aspect déjà, le bois, c'est une matière noble et puis on va se tendre vers l'installation de panneaux photovoltaïques donc ça rejoint l'écologie. Et pour moi travailler, c'est aussi donner un sens à sa vie, c'est ce que je cherche aussi.

Que dirais-tu à un jeune qui hésite à venir dans le secteur du BTP ?

D'y aller à fond, mais de passer par l'alternance. Le "continu" ça sert à rien. Enfin, ce n'est pas que ça sert à rien, mais faut savoir, qu'après quand tu arrives au monde de l'entreprise, il te reste encore des formations. C'est ce qui m'a effrayé.

Et c'est pour ça, qu'après j'ai fait de l'intérim, mais j'étais loin du monde du bâtiment parce que j'avais cette peur de ne pas réussir en entreprise, d'avoir ce manque de formation. Et c'est ça, l'alternance qui t'aide : quand t'arrives, tu sais déjà de quoi tu vas parler.

Un mot pour la fin ?

 Alternance ! C'est bien !




Modifié le mardi 19 avril 2022


HAUT